Gagner plus en venant travailler à vélo

L'Herbier du Diois, bâtiment durable, démarche éco-responsable, incitation positive... on en redemande !

Laissez-moi vous présenter une entreprise hors norme… une entreprise qui illustre le développement durable à merveille, une entreprise convaincue du bénéfice qu’elle récolte en développant le bien-être de ses salariés, une entreprise qui incarne ses valeurs, qui conjugue pédagogie et incitation positive !

L’Herbier du Diois, un exemple de prime verte qui marche.

L’Herbier du Diois, c’est une PME, 34 salariés, un créneau d’activités en développement (les plantes aromatiques issues de l’agriculture biologique), une région privilégiée : le fin fond de la Drôme. Côté embouteillage, pas de prise de tête et pourtant, depuis plus de 10 ans, le patron de l’entreprise Tijlbert Vink, a mis en place une « prime verte » pour inciter ses salariés à venir à pied ou à vélo. C’est justement parce qu’ils travaillent dans un environnement privilégié que ce jeune chef d’entreprise a eu envie d’influencer ses employés à l’apprécier et le préserver. Ses origines hollandaises y sont certainement pour quelque-chose dans cette innovation RH… Alors qu’on parle de plus en plus de « responsabilité sociétale des entreprises », l’Herbier du Diois  est -sans conteste- en avance sur ses pairs avec cette prime verte…

Le garage à vélo aménagé de l'entreprise

100 euros, c’est le montant de la prime mensuelle pour tout salarié qui troque sa voiture contre sa sueur. Le règlement est précis et vertueux : pour la toucher, il faut effectuer ¾ de ses déplacements mensuels domicile/travail sans émettre de CO2. Et si la personne utilise son vélo 12 mois consécutifs pour 75 % de ses trajets, l’entreprise surrenchère avec une prime supplémentaire de 500 euros en fin d’année. Un montant qui, selon Tijlbert Vink, couvre les frais d’équipement annuels liés à la pratique du vélo.

Il n’y a pas à dire, ce responsable d’entreprise est un précurseur en la matière. Et son calcul est vite fait : Alors qu’en  2011, il a distribué près de 11 000 € pour 17 salariés cyclistes, il souligne surtout les gains indirects : « Les gens qui viennent à pied ou à vélo sont beaucoup moins absents que ceux qui viennent en voiture ! »

Le compteur "kilomètres vélo" sur le site internet de l'entreprise

Ce chef d’entreprise a très bien compris le cercle vertueux du développement du bien-être de ses salariés : la qualité de vie au travail joue sur la performance collective de l’entreprise. Et d’ailleurs, la « prime vélo » n’est qu’un élément dans le dispositif d’optimisation des déplacements de ses salariés : Aménagement de postes en télétravail, réaménagement des horaires de 35h sur 4 jours pour limiter les déplacements possibles grâce à des postes en doublon…

Qui dit « incitation positive » dit « valorisation » : sur le site internet de l’Herbier du Diois, apparaît le cumul annuel des kilomètres que les employés de l’entreprise parcourent à vélo. Juste à côté de la production et dépense d’énergie de l’entreprise.

Une manière de les mettre en avant, mais également d’en faire une image de marque, un atout auprès des clients et fournisseurs.

En 2013, près de 26 104 km ont ainsi été parcourus à vélo par les salariés pour venir travailler. De nombreuses entreprises ont contacté Tijlbert Vink, le directeur, afin de déployer une prime vélo dans leur établissement. La stratégie des petits pas est en route. Moi, j’adhère à 200% à cette démarche RSE innovante !

Source : www.herbier-du-diois.com

This entry was posted in COTE VILLE. Bookmark the permalink.

Comments are closed.