Iles Anglo-normandes, petit tour de manche

Itinéraire - été 2012

 

 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ITINERAIRE VELO - Ile de Guernesey

 

ITINERAIRE VELO Ile de Jersey

 

Connaissez-vous les îles anglo-normandes ?

Les îles anglo-normandes sont posées sur la Manche à quelques encablures des côtes françaises. Il est d’ailleurs étonnant que ces 5 îles soient territoire britannique alors qu’elles flirtent impunément avec la Normandie. Jersey la plus proche est en effet à seulement 22km de la côte normande… D’ailleurs le groupe Granville, a lui-même chanté en 2012 « [Jersey] mon Hawaï à moi que j’aperçois de la plage de Granville ».

La brume se lève sur Moulin Huet Bay - Guernesey

Les îles anglo-normandes sont totalement atypiques : Mal connues, encore assez préservées, elles n’ont de commun que leur nom, parce qu’elles revêtent chacune une personnalité bien trempée. Entre Sercq, sortie tout droit d’un album d’Hergé (« L’île noire » de Tintin), Jersey, la grande Victorienne ou Guernesey, terre d’asile de Victor Hugo : chaque île est une découverte.  Ajoutez un paysage de côtes bretonnes et un art de vivre « so british » et vous verrez : le dépaysement est total.

Le pays, vu de notre vélo.

Après l’avoir tant fait à la voile, me voilà entrain de parcourir les îles à 2 roues en tribu. Impressions : Pédaler dans les îles anglo-normandes, c’est prendre de nouveaux repères… ici, on indique les distances en miles, on roule à gauche. Les distances sont petites (Jersey, la plus grande des 5 fait 14,5 de long sur 8 km de large) et pourtant on en a pour son compte : la variété des paysages et du relief, les petites routes de campagne étroites et sinueuses rendent les parcours plus longs qu’ils ne sont en réalité. Les voitures sont discrètes, le trafic peu important et passer d’île en île en bateau est très simple. Ce qui les rend propice au vélo, à la découverte en famille. Car si vous avez des enfants, et que l’itinérant vous effraie, ces îles « modèle réduit » vous offrent moultes possibilités de parcours en étoile.

Le paysage oscille entre mer et campagne, dans une humidité toute british : les fossés regorgent de fougères, d’agapanthes et de mousse… et puis soudain, la brume se lève et vous débouchez sur la mer, ses récifs, ses plages, son air iodé.

Dans vos sacoches, je vous conseille d’emporter « Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates » de Mary Ann Shaffer et Annie Barrows… parce que c’est un roman exquis. parce qu’il a pour décor Guernesey, ses verts pâturages, ses petites paroisses et ses habitants si attachants.

Ce qu’on a voulu retenir…

Sercq, l’île aux étoiles. Débarquer à Sercq, c’est faire un bon dans le passé : Ce minuscule bout de terre (5km2) était encore jusqu’en 2008, un système féodal avec un seigneur… Lorsque vous approchez de l’île en bateau et que la brume encercle ses falaises abruptes : un instant, vous vous croyez sur « l’île noire » de Tintin ! Seuls les tracteurs et les charrettes pour touristes circulent sur l’île. Vous n’y trouverez aucune voiture. Encore moins un éclairage public. D’ailleurs en 2012, la très sérieuse International Dark Sky a décerné à l’île le label Dark Sky (« Ciel sombre »), qui pour les amateurs d’astronomie, en fait un des lieux au monde où le ciel est le plus limpide… Il est triste de penser qu’après la pollution atmosphérique, la pollution lumineuse contamine une grande partie du globe. Observer la voie lactée devient un luxe dans nos pays éclairés à outrance.

Green Lane le long de la baie de St Aubin

Quand les rails d’hier deviennent la Jersey’s green lane. Jersey a eu son chemin de fer fin 19ème. Mais la concurrence des autobus a eu raison du train sur cette petite île, comme dans de nombreuses autres régions en France. Que faire de ces kilomètres de rails à l’abandon ? L’homme réfléchit l’avenir sans penser à l’après : lorsque les technologies sont dépassées, que devien-nent les infrastructures vieillissantes, les matériels, les réseaux ? Souvent plus coûteux à démonter, on passe alors à autre chose. Et pourtant depuis des dizaines d’années, les anciennes voies ferrées trouvent une nouvelle fonction : elles sont reconverties en voie cyclable. Jersey n’échappe pas à cette heureuse tendance et l’île affiche une piste au départ de St Helier le long de la baie de St Aubin  en direction de St Brelade de plusieurs kilomètres. Moi j’aime vraiment.

ruette tranquille centre de Guernesey

Les ruettes tranquilles. Dans le même esprit, pour protéger ses petites routes rurales et permettre aux habitants et touristes d’en profiter en toute sécurité, Jersey a créé plus de 80 km de green lanes, ces voies vertes où la voiture n’est pas prioritaire, où la vitesse est limitée à 24 km/h (15 miles/heure) et où le piéton, le cycliste ou le cavalier est roi. Une belle initiative qui trouve son écho à Guernesey avec les « ruettes tranquilles » sur le même principe. A quand la même initiative dans nos belles campagnes françaises ? Nos chemins ruraux ne sont-ils pas dignes d’un tel traitement ?!?

> Savourer le nom des lieux-dits à Jersey. Olivier LEMIRE a écrit « l’esprit du chemin », un livre qui relate son cheminement à pied à travers la France à la rencontre des lieux-dits ou courts d’eau aux noms évocateurs (la vie, la mort, l’amour, la haine…) et à leurs habitants. A chaque fois, Olivier LEMIRE ponctue ses visites en immortalisant le lieu en photo, cadrant avec beaucoup d’originalité les pancartes ou panneaux incongrus. Depuis je suis devenue très attentive aux noms des lieux, aux pancartes, au nom des rivières, cours d’eau… Du coup, comment ne pas penser à son livre en parcourant l’île de Jersey ? Le nom des lieux-dits sont majoritairement issus du français… et stimulent l’imaginaire : « Bonne nuit Bay » « Grosnez point » « rue du paradis » « rue de la retraite » « rue du vieux ménage » , cela devient même un jeu à force de pédaler, de découvrir la prochaine pancarte ;-)

> Les bancs dédicacés. Où que vous vous promeniez, vous découvrirez ces bancs en teck avec leurs accoudoirs, scellés face à la mer, à l’abri du vent, offrant toujours un point de vue sur le paysage. Vous y remarquerez les plaques apposées dessus « à la mémoire de », car ces bancs sont offerts par des habitants, en hommage à leurs proches habitués des lieux mais disparus. Chaque banc est ainsi personnalisé avec des phrases qui créer une atmosphère touchante. Et je trouve l’idée tellement simple et belle : offrir la possibilité aux promeneurs de passage de s’asseoir pour savourer le paysage qu’ils aimaient tant regarder… J’aime vraiment beaucoup cette idée.

Nos coups de cœur en photo

Gorey (Jersey) Au-dessus du port de Gorey, on aperçoit le château Mont-Orgueil qui domine la baie de Grouville. Ce petit village a un charme fou avec ses maisons pressées les unes contre les autres en arc de cercle autour du port.

Elisabeth Castle (Jersey) A marée basse, on accède en une petite demi-heure à Elisabeth Castle par une chaussée (The bridge). Dès que la marée remonte, un véhicule amphibie assure le trajet.

St Peter Port (Guernesey) Le charme de la capitale de Guernesey avec ses maisons colorées, sa jetée qui mène à Castle Cornet.

La plage de Moulin Huet Bay (Guernesey) Une anse sableuse, qui se découvre à marée basse, à laquelle on accède avec un escalier assez raide… La plage de Moulin Huet Bay est un des meilleurs endroits de l’île pour la baignade ! Et on vous le confirme. Là pour le coup, Guernesey, c’est notre Hawaï à nous !

Lihou Island (Guernesey) Une île accessible par un passage pavé, uniquement à marée basse. Domaine des sternes, des goélands et des lapins, on parcourt l’île à pied en alternant sentier dans les fougères et étendue herbeuse.

La coupée (Sercq) Sercq c’est 2 minuscules cailloux posés sur la mer : Grand Sercq et Petit Sercq reliés entre eux par une langue de terre pas plus large qu’une petite route de campagne. De chaque côté, les falaises plongent dans la mer à près de 80 m de hauteur, un passage vertigineux !
Saint Malo Partir pour les anglo-normandes au départ de Saint Malo, c’est l’occasion de découvrir la cité corsaire côté mer. Elle fascine, elle hypnotise, elle envoûte. A ne pas manquer. Et pour nous qui la connaissons plutôt bien, par mer, à pied, à vélo, par beau temps, par forte tempête, en arrière-saison ou en plein été… c’est toujours et encore un régal des yeux.

Météo

Chaud, beau. Quelques journées avec orage (dont un mémorable avant d’embarquer sur le bateau du retour). Cependant en bord de mer, la pluie ne s’installe jamais, balayée par le vent. Nous nous sommes baignés régulièrement, l’eau est fraîche (c’est la Manche tout de même !) mais les plages de sable fin sont tellement idylliques qu’on ne peut résister !

Stop ou encore ?

Encore bien évidemment… Pour la dimension humaine de ces îles, le fait que l’on puisse y pédaler en toute quiétude avec des enfants, en partageant les petites routes avec les voitures. Le fait également qu’elles soient encore préservées et tellement atypiques. Vous verrez, découvrir ces îles « SO BRITISH » ne peut vous laisser indifférent.

Comment y sommes nous allés ?

En voiture jusqu’à Saint Malo. Embarquement sur le Condor Ferries avec les vélos. Le Condor Ferries fait plusieurs fois par jour la liaison Jersey-Guernesey-Saint Malo (Saint Malo-Jersey : 1h de traversée environ / Saint Malo-Guernesey : 1h45) – tarifs et horaires sur www.condorferries.fr

Comments are closed.